Actualités

LE VIN ET LA COVID 19 : INFOX ET FAITS…

Le Conseil d'information sur le vin (Wine Information Council W.I.C.) est un partenariat entre d’une part  les différents organismes scientifiques, universitaires et experts en Europe et au-delà qui se consacrent à la recherche sur le vin et ses impacts sur la santé et la société, et, d’autre part, les organisations engagées dans la promotion de la modération et de la responsabilité dans la consommation du vin.

Le W.I.C. est l'un des trois piliers du programme "Wine in Moderation - Art de Vivre ", réseau international avec lequel la F.I.C.B. a établi un partenariat en 2016, qui a conduit notamment à la publication d’un guide conjoint sur la « dégustation responsable». 

Cliquer ici pour le site de Wine in Moderation : www.wineinmoderation.eu

Cliquer ici pour le site du Wine Information Council :www.wineinformationcouncil.eu

Cliquer ici pour le "guide de la dégustation responsable"

La conférence était présentée  par le Professeur Nicolai Worm, nutritionniste de Münich, président du Wine Information Council.

 Après une revue des publications concernant le thème vin et COVID 19, il a conclu que :

  • aucun impact négatif d’une consommation modérée de vin ne peut être associée à la pandémie en cours. 
  • une étude in vitro montre que les polyphénols présents dans le vin préviennent l’attachement du virus à des cellules humaines mais le résultat n’est pas établi in vivo. 
  • Il n’y pas encore assez d’études sur l’effet de la consommation d’alcool sur l’efficacité de la vaccination pour en tirer quelque conclusion que ce soit. 

 On trouvera ci-dessous une synthèse de cette conférence établie par le W.I.C. lui même : 

1. LES BOISSONS ALCOOLISÉES ET LA FONCTION IMMUNITAIRE

    La consommation de boissons alcoolisées peut influencer le système immunitaire par de multiples mécanismes, altérant à la fois la fonction immunitaire innée et adaptative(*). 

    La grande majorité des recherches sur l'alcool, la fonction immunitaire et les risques de maladies infectieuses sont menées sur des gros buveurs chroniques ou des personnes souffrant de troubles liés à la consommation d'alcool.

    Les grands buveurs sont plus susceptibles de contracter une pneumonie et des infections respiratoires bactériennes et virales.

    La consommation excessive d'alcool peut également supprimer la réponse immunitaire, mais cette réponse semble être temporaire.

    En comparaison, très peu d'études ont été menées chez les buveurs légers et modérés. 

    Dans certaines études, la consommation modérée d'alcool a été associée à l'absence de risque ou à la diminution des risques d'infections respiratoires.

    À ce jour, il n'existe pas de preuves suffisantes démontrant un risque accru d'infection associé à une consommation légère ou modérée d'alcool.

(*) La réponse immunitaire innée est la partie du système immunitaire qui répond immédiatement et qui n'est pas spécifique à un pathogène envahissant, alors que le système adaptatif est activé en réponse à un pathogène ou à un antigène spécifique ; il peut reconnaître et se défendre immédiatement contre un pathogène rencontré précédemment, mais il peut également être activé par la réponse immunitaire innée.  

 2. LA CONSOMMATION DE VIN (ALCOOL / POLYPHÉNOLS) AIDE-T-ELLE À COMBATTRE LE COVID-19 ? 

    Des études in vitro ont montré que les polyphénols (flavanols, proanthocyanidines) présents dans le raisin et le vin empêchaient le virus du SRAS-CoV-2 de s'attacher aux cellules humaines. Il ne s'agissait que d'une seule étude liée au virus du SRAS-CoV-2 et il s'agissait d'une étude in vitro .

    Les résultats ne peuvent pas être extrapolés à l'homme, ils doivent encore être reproduits dans des études animales et humaines.

    Les études animales ont montré que la propagation du virus de la grippe, et non du virus du SRAS-CoV-2, pouvait être évitée en bloquant son enzyme.

    Certains composés phénoliques du vin peuvent empêcher la multiplication du virus Mers- (un autre virus corona mais pas le virus SRAS-CoV-2), empêcher l'attachement ou l'invasion dans la cellule hôte. 

    Certains polyphénols (du vin) détruisent la synthèse ou la composition du matériel génétique ou de l'enveloppe des virus.

    Les flavonoïdes du vin pourraient arrêter l'évolution de la grippe et limiter ses symptômes. Un mécanisme possible serait que les polyphénols du vin influencent le système immunitaire par le biais du microbiote intestinal.

Cependant, la question de savoir si ces mécanismes fonctionnent contre le virus Covid-19 in vivo chez l'homme n'a pas été étudiée/exposée dans des études appropriées !

3. LA CONSOMMATION DE VIN REND-ELLE LA VACCINATION CONTRE COVID-19 INEFFICACE

    Il existe très peu de recherches sur la consommation légère ou modérée de vin/boissons alcoolisées et sur la réponse immunitaire aux vaccins.

    Un petit nombre d'études animales et humaines ont examiné l'effet de la consommation d'alcool sur la réponse immunitaire après la vaccination - cependant, aucune étude n'a été publiée à ce jour sur les boissons alcoolisées et la réponse à un vaccin COVID-19 !

    Il existe des indications selon lesquelles une consommation modérée de boissons alcoolisées pourrait favoriser la réponse immunitaire au vaccin, potentiellement grâce à l'effet anti-inflammatoire des polyphénols du vin, mais les recherches sont insuffisantes pour en tirer une conclusion.

Certaines recherches fondamentales sur les polyphénols du vin ont été menées dans une boîte de Pétri, mais il n'est pas possible de transférer ces résultats à l'homme. D'autres études sur les animaux et les humains doivent être menées.