Lega del Chianti

Capitania Generale

Via Maggio, 7

50125 Firenze

Italia

Tel.: +39 055 2 60 88 90

Capitano Generale: Giovanni Ricasoli Firidolfi

Conseil Majeur: organe doté de pouvoirs consultatifs et formé de dix legats et dames

Contact : info.legachianti@chianticlassico.com

Site : www.legadelchianti.org

 

.

 

L’Histoire

Plus de sept siècles se sont écoulés depuis la fondation de la Lega del Chianti, à l’initiative de la République de Florence. Il s’agissait d’une organisation militaire qui avait pour but d’administrer le territoire du Chianti et de défendre ses frontières méridionales des attaques ennemies.

Au XIIe siècle, la région du Chianti appartenait presque entièrement à la République Florentine, qui en avait obtenu le contrôle grâce à l’aide de l’Eglise qui disposait d’une antenne politique et administrative dans chaque paroisse. L’institution de la Lega dut probablement voir le jour dans les premières années du XIVe siècle: nous la trouvons déjà citée dans un protocole notarié florentin remontant à 1306, sous le nom “Leghe et societatis de Chianti nuper edite”. Le plus ancien statut de l’institution historique, connu à ce jour, remonte à 1384; il contenait toutes les lois civiles et judiciaires que le Podestat (le plus haut magistrat), à la tête de la Lega, était tenu de faire respecter sur tout le territoire du Chianti, jusqu’alors divisé en trois Terzieri: Radda in Chianti, Gaiole in Chianti et Castellina in Chianti. Le Podestat, dont la charge durait un semestre, résidait à Radda in Chianti; il était assisté d’administrateurs et d’une garde rapprochée. L’administration centrale avait un représentant dans chaque paroisse auquel les habitants pouvaient s’adresser.

Le “Coq noir sur fond or” fut l’emblème qui, dès l’époque médiévale, constitua le blason de la Lega del Chianti, symbolisant son étroit rapport avec le territoire. Suite à la domination de Florence, durant les siècles suivants, sur la “Terre du Chianti” les activités d’ordre défensif s’estompèrent au profit des fonctions administratives, civiles et pénales.

Une attention tout particulière fut portée à toutes les lois qui servaient à améliorer les cultures, en particulier la viticulture et la récolte du raisin afin d’améliorer la production vinicole; dès 1444, il fut décidé que les vendanges ne pourraient commencer avant la fête de Saint Michel, le 29 septembre, pour être certain d’obtenir “ce bon vin qui se vend si bien”.

En 1774, sur ordre du Grand-Duc de Toscane Pietro Leopoldo, la Lega del Chianti fut dissoute pour laisser la place aux institutions créées selon la nouvelle organisation et destinées à tout le territoire florentin. Mais certaines des raisons qui furent à l’origine de la Lega del Chianti redevinrent d’actualité au XXe siècle: l’attachement au terroir, l’intérêt pour l’histoire et les produits du Chianti, le maintien d’une bonne qualité de vie, toutes préoccupations qui furent déjà les siennes dès son origine. C’est pourquoi, la Lega del Chianti fut refondée en 1970. Son 700e anniversaire a été solennellement commémoré en 1985.

L’Organisation

La Lega del Chianti accueille des hommes et des femmes de toute provenance, de toute confession, unis par le désir de protéger et de valoriser un territoire absolument unique au monde, qui regorge d’art et d’histoire et où la culture du terroir bénéficie d’un savoir séculaire. Chacun appartient à un Terziere ou à un Piviere dirigé par un Capitano ou un Commissario qui organise des manifestations indépendantes de la Capitania Generale telles que congrès, dégustations, voyages d’études, etc. Le nombre des Terzieri actuels est le même que celui des localités qui chapeautaient l’ancienne Lega del Chianti: Castellina in Chianti, Gaiole in Chianti et Radda in Chianti.

En Italie, les Pivieri sont les suivants: le Piviere du Capitaine Général, en Toscane ceux de Fiesole, Florence, Greve in Chianti, Castelnuovo Berardenga, Sienne, Val d’Arno, Val D’Elsa, Val di Pesa, Prato et Arezzo. Pour l’Italie centrale ont été constitués les Pivieri de l’Ombrie et du Latium. Les Pivieri étrangers sont localisés à Soleure, au Tessin et à Zürich pour la Suisse, et à Vienne pour l’Autriche.

Les membres de la Lega del Chianti, appelés legato (légat) ou dama (dame) sont subdivisés en quatre catégories:

• Les Légats et les Dames d’“Opera”: ils habitent et/ou exercent une activité effective et stable dans la “Terre du

Chianti” tout en la valorisant.

• Les Légats et les Dames d’”Honneur”: ils partagent les idéaux de l’institution mais n’exercent pas d’activité effective et stable dans la “Terre du Chianti”.

• Les Légats “Ecclésiastiques”: ce sont naturellement des prêtres dont deux perpétuent le statut de l’ancienne Lega del Chianti en assumant les charges de correcteur et de correcteur adjoint.

• Les Légats et les Dames “Ad Honorem”: ils sont appelés à faire partie de l’institution en raison de mérites particuliers.

La Lega del Chianti est dirigée par le Capitaine général, qui supervise le Conseil majeur, principal organe doté de pouvoirs consultatifs et formé de dix légats et dames. De nos jours, le mandat du Capitaine général est limité à sept ans. Il est élu par l’Assemblée générale des membres de la Lega del Chianti. Seul un légat d’”Opera” peut accéder à ce poste. Le Conseil majeur formé de six légats et dames d’”Opera” et de quatre légats ou dames dont le mandat est de quatre ans. Le Baron Giovanni Ricasoli-Firidolfi, élu Capitaine général le 4 octobre 1998, a été reconduit en 2005. Chaque légat ou dame reçoit les insignes selon le grade et le rôle assumés au sein de l’institution.

Entre six et dix-huit ans, l’accès à la Lega del Chianti est autorisé sous la dénomination de paggio (page) ou damigella (demoiselle). Dès leur majorité, ceux-ci peuvent être accueillis dans l’institution en qualité de légats ou dames.

Les Objectifs

La Lega del Chianti d'aujourd'hui est la continuation naturelle de l’ancienne institution.Elle concilie les exigences actuelles de son territoire tout en respectant les principes d’antan. Les objectifs de la Lega sont définis dans ses statuts en vigueur, fondés sur l’engagement à maintenir l'intégrité de la “Terre du Chianti”, à exalter la culture du vin, les valeurs de la vie à la campagne et le sens religieux de la vie. Les principes de base s’appuient sur une conscience universelle qui s’exprime à travers l’amitié et la solidarité qui lient les habitants du Chianti et tous ceux qui aiment cette “Terre”.

 

News

Les Activités

Parmi les très nombreuses activités de la Lega del Chianti, il faut rappeler le soutien apporté aux “Journées d’Etudes  Historiques”, qui de 1979 à 1997, ont eu lieu chaque année, en septembre, au Palais de la Renaissance de San Donato in Perano, près de Gaiole in Chianti. Durant ces journées, de nombreux orateurs de renom se sont exprimés sur les thèmes les plus importants pour l’histoire et l’avenir du Chianti tels que l’architecture, la peinture, l’agriculture, la religion dans le monde paysan, la culture du vin et d’autres sujets liés à la région du Chianti. Parmi les nombreuses initiatives de l’institution figure son opposition décisive à la construction d’incinérateurs et de décharges dans un paysage unique comme celui du Chianti.

Son soutien efficace fut prépondérant lors de la restauration de ce qui est considéré comme l’un des centres spirituels de la Lega del Chianti, la petite chapelle de Sant’Eufrosino, premier évangélisateur du Chianti ainsi que saint protecteur de l’ancienne institution, à Panzano in Chianti. La Lega s’est chargée des travaux de restauration du petit bâtiment où l’on trouve encore des fonts baptismaux, jadis source d’une eau miraculeuse selon la légende.

Par ailleurs, les Capitani et Commissari des Terzieri et Pivieri organisent également des manifestations d’importance sur leur territoire. L’évènement le plus significatif, pour la Lega del Chianti, est le Chapitre annuel, mis sur pied par la “Capitania Generale” avec l’indispensable soutien des autorités ecclésiastiques, qui s’est déroulé, alternativement, dans des lieux et églises prestigieux de Florence et de Sienne.

Actuellement, le Chapitre annuel est célébré dans les cathédrales de ces deux villes. Il s’agit d’une cérémonie majestueuse, précédée d’une sainte messe solennelle. A cette occasion, le livre de la sainte messe bénéficie d’une édition originale rehaussée de reproductions et de textes historiques et culturels consacrés soit à une œuvre d’art particulière soit à un document ancien concernant l’église où se déroule la cérémonie. Les intronisations ont lieu à la fin du service religieux, selon un ancien cérémonial; les nouveaux légats et les nouvelles dames, après la lecture de la promesse devant le Capitaine général, reçoivent de ce dernier l’adoubement dans l’institution. Puis, les anciennes nominations sont renouvelées, les nouvelles promotions sont officialisées.